AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  ConnexionConnexion  
MAJ

La MAJ de novembre a eu lieu et laisse place à une superbe design de Zuz'
Projecteurs

Les projecteurs mènent une action coup de poing durant tout le mois de novembre.
Pour en savoir plus, c'est par ici !
Recrutement

On recrute en priorité des CHRONIQUEURS et des ANIMATEURS, n'hésitez pas à les rejoindre au plus vite o/

Poster un nouveau sujetRépondre au sujetPartagez| .

"It's all about people sweetie"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Petit Volcan
____________________

Voir le profil de l'utilisateur https://voyageduneetoilefilante.wordpress.com/
J'ai rejoint la planète PRD le : 19/07/2018 J'ai posté un total de : 5 Messages. Sinon je m'appelle : Sarah et j'ai : 28 ans. Dans la vraie vie, je : téléconseillère en assurance maladie


Petit Volcan
Message(#) Sujet: "It's all about people sweetie" Sam 21 Juil - 15:52

Salut à tous et bienvenue !

Je suis quelqu'un qui écrit beaucoup, car j'en ai besoin. Ça me libère énormément. Je peux écrire des évènements qui me sont vraiment arrivés, comme des histoires totalement inventées, dans des mondes parfois totalement fantastiques et hors de la réalité. Je teste, j'essaye, j'abandonne, j'efface, je reviens dessus plusieurs années après... Bref c'est mon petit monde à moi, parfois brouillon je vous l'accorde (et pour ça je m'en excuse )

N'hésitez pas à commenter, me dire ce que vous en pensez, pourquoi vous avez aimé, pourquoi vous n'avez pas aimé et comment je pourrais améliorer les choses, bref, le flood est totalement accepté dans ma petite galerie qui, je l'espère, s'améliorera au fil du temps. Je vous poste donc ici mon premier texte que je partage. Cela faisait très longtemps que je n'avais pas couché une ligne (oui c'est une excuse pour vous demander d'être compréhensifs angel )

Cheers guys ! mouton


--------------------------------------------------------------------------------
Épilogue et mojito.


La petite brise qui se faufile dans la rue pavée soulage grandement la chaleur de cette fin de mois de juillet. En ce début de soirée, c’était parfait pour un dîner en terrasse avec ma meilleure amie. Nous avons eu la chance de trouver une place dans le meilleur restaurant de burgers de la ville.
Après une après-midi ensoleillée à bronzer et papoter sur les rives du lac, c’était le genre de fin de journée que j’adorais. De plus, je rêvais d’aller boire un mojito pour un petit after dans un bar. Ça faisait tellement longtemps !

« Alors, il est bon ce sorbet citron ? »

La bouche glacée par la délicieuse glace artisanale, j’esquisse à mon amie un sourire engourdi :

« Terrible ! C’est super rafraîchissant ! »

Savourant ce moment agréable, je regardais mon amie se délecter de son sunday vanille, lui aussi fait maison. Vraiment, ce restaurant valait largement sa réputation. Des hamburgers originaux avec des mariages d’ingrédients parfois surprenants, succulents. Peu de desserts à la carte, mais avec la certitude du « fait maison » et de la qualité.

«  Bon alors, pour mon anniversaire je pensais faire un petit truc cette année. Pas de grosse fête organisée, juste une bonne sortie en ville avec les meilleurs, en finissant sur une nuit en boîte ! »

Faisant la moue, je regarde ma meilleure amie afficher un grand sourire triomphant après sa proposition : elle savait que je n’aimais pas les boîtes. D’ailleurs, les rares fois où j’avais mis les pieds dans une de ces horribles discothèques, c’était avec elle. Il n’y avait que mon amie de collège qui pouvait m’amener dans des plans pareils…

« C’est ton anniversaire, donc je ne peux pas refuser une proposition pareille fis-je en secouant la tête, vaincue. Après tout ça fait une éternité que je n’y ai pas été »

« Parfait ! Je vais créer un évènement sur Facebook pour qu’on mette au point la date et l’organisation. Ceux qui le veulent pourront dormir à la maison ensuite, je pense même qu’on pourrait se partager un taxi pour tous rentrer, j’ai envie de boire ! Tu verras ça sera génial ma poulette »


Souriant à l’idée de cet anniversaire qui promettait d’être mémorable, j’essayais déjà d’imaginer quelle robe je pourrais porter ce soir là, avec quelle paire de chaussure. Et si je tentais les talons ? Pourrais-je tenir toute une soirée à danser et crapahuter de bars en bars perchée sur mes escarpins noirs que j’adorais, mais qui ne sortaient jamais de mon meuble à chaussures ? Après tout, se prendre pour une princesse juste un soir n’était pas un crime. Et ces escarpins noirs étaient vraiment splendides.
Tout en regardant l’animation estivale de la place pavée, mon regard accroche soudain un passant au téléphone.

Je me fige.

Ce polo, ce jean, cette façon de mettre sa main dans sa poche, et surtout, cette démarche… Oui. Je suis certaine que c’est lui, même si il est de dos. Je le sais.

« C’est Erwan »

J’avais dit ça à voix haute sans spécialement m’en rendre compte, mais c’était plus un constat intérieur que je sortais sous le coup de la surprise. Après presque un an sans le voir, voilà que mon regard se posait sur lui, tout d’un coup, à un moment où je m’y attendais le moins. Presque un an… Après tout, ma ville d’origine n’était pas grande et on croisait souvent des gens que l’on connaissait. Ça faisait partie du quotidien, surtout en centre ville, et surtout un vendredi soir.
Il s’était passé presque une année, depuis ce jour d’août où il était venu en fin de journée dans mon appartement, pour m’annoncer qu’il « n’arrivait pas à se projeter avec moi » mais qu’il ne « fallait pas que je perde confiance surtout ». Le tout, après 11 mois de relation plus au moins officielle.
J’étais tellement anéantie, en larmes et hébétée ce jour-là que je l’avais même remercié d’être passé ! En y repensant, qu’est ce que j’avais été bête. Et faible. Comme toujours. Et au moment ou j’avais enfin traversé cette période difficile, où, encore une fois, une personne m’abandonnait, et que j’avais mis ce chapitre derrière moi, voilà qu’il apparaissait devant moi, ou plutôt qu’il passait sous mes yeux, la démarche nonchalante, le téléphone vissé à l’oreille, un vendredi soir d’été. Certainement pour rejoindre un groupe d’ami pensai-je.

« Tu es sûre que c’est lui ? »

Oui, j’en suis sûre. Le coeur battant le chamade, je me dis que c’est maintenant ou jamais. Le plus drôle, c’est que quelques jours avant je lui avait envoyé un texto pour prendre des nouvelles. Un texto chaleureux sans pour autant indiquer que je cherchais quoi que ce soit. Après tout on avait décidé de rester en « bons » termes après la tempête, et de garder contact.
Il avait mis plusieurs jours avant de me répondre trois lignes misérables. Autant dire que j’étais légèrement vexée.
Sans crier gare, je me lève de mon siège et me met à marcher vers lui, avant qu’il ne s’éloigne de trop. Mon amie ne dit rien, comprenant certainement où je voulais en venir. Et puis, je sais qu’elle me connaît et qu’elle me laissera gérer ça. Je ne réfléchis pas et marche vers lui, en me demandant quelle réaction aurait en m’apercevant. Laissant passer un skateboarder fou, roulant à tout allure sur la place, je regarde Erwan s’arrêter et continuer sa communication.
Il n’a pas changé.
Je me demande tout à coup si approcher une personne au téléphone n’est pas un peu de l’ordre du harcèlement, mais, avant que je puisse changer d’avis, il est déjà trop tard. Pivotant légèrement sa tête, il m’a vue, hochant imperceptiblement la tête. En guise de salut ? Ou bien en guise de glas…
Gênée, je laisse une distance entre lui et moi, afin de le laisser terminer sa conversation tranquillement. Comme d’habitude, je me met en position de demande. Comme d’habitude, je me met en position de personne qui n’a qu’une valeur limitée. Typique. Il finit par raccrocher, après un moment qui me semble une éternité.

« Salut » dit-il d’une voix égale.

Comme à son habitude, il ne laisse rien paraitre. Ça a toujours été ainsi. J’avais pour manie de le surnommer « l’ours », pour des tas de raisons, et ce n’était clairement pas à cause de sa barbe. C’était beaucoup plus en rapport avec son caractère, avec lequel il fallait apprendre à composer. Voyant qu’il ne relance pas la conversation après que je lui ai rendu son salut, je lui demande comment il va :

« Bien bien. » Puis, après quelques secondes de silence gênant : « J’ai mis du temps à répondre à ton message car en ce moment j’ai pas mal de choses en tête… et puis avec le boulot… Je suis pas très bien »

« Pas de problème, c’était juste pour prendre des nouvelles tu sais. »


J’aurai pu lui dire que son texto était tout à fait vexant et irrespectueux mais, comme à mon habitude, j’évite clairement le conflit et je n’ai pas envie de me disputer avec lui, surtout en plein milieu de la rue.

« Et puis, vis à vis de toi… ça me gênait » dit-il en me regardant d’un air désolé.

Il venait implicitement de me faire comprendre qu’il ne voyait pas l’interêt de garder contact, ou bien même de s’envoyer de temps en temps des messages cordiaux. De plus en plus, je me sens gênée et je veux éluder cette conversation, retourner auprès de mon amie et oublier que je l’ai abordé en pleine rue. Après le mal qu’il m’a fait…

« C’était plus par rapport à ta nouvelle copine, je ne voulais pas paraitre envahissante ou quoi que ce soit, ce message était totalement pacifique »
« Oui, je sais, mais, je ne lui cache rien, et elle n’a pas vraiment apprécié »
« Oh, je vois. Je suis désolée »


Pourquoi je m’excuse ? Je n’ai rien fait de mal que je sache ! C’était simplement un message pacifique ! Pacifique bon sang !
Dans son attitude, je ressens clairement que lui aussi, n’est pas du tout à l’aise. Son langage corporel le trahis beaucoup plus que son visage qui, lui, est impassible et froid. En reculant encore un peu plus, il me fait silencieusement comprendre qu’il doit y aller.

« Prends soin de toi »
« Ouais, ça marche »
me lance-t il au dessus de son épaule, car il a déjà tourné les talons pour rejoindre une destination dont je me fiche complètement.

Bouleversée, je retourne à la table du restaurant, où je retrouve ma meilleure amie, qui me regarde d’un air neutre. Elle attendait certainement que je lui raconte.
Je ne comprends pas son comportement.
N’avait-il pas dit qu’il serait toujours là pour moi, pour parler ? Ce fameux jour où il m’a annoncé qu’il me quittait, il m’avait même dit que cela ne nous empêcherait pas d’aller boire un verre de temps à autre, et qu’il voulait même savoir comment s’était passé mon voyage à New York. Quel mufle !
Une nouvelle fois, je me retrouve confrontée à la réalité de la vie et des relations. Il m’a à peine décroché quelques mots, et m’a bien montré que j’étais de nouveau devenue une étrangère pour lui. Parfait, si il voulait voir les choses comme ça, et bien désormais, c’était totalement finit.

Comme si j’avais besoin de cette ultime rencontre avec lui pour ne plus le mettre sur un piédestal, je repense à tout ces « drapeaux rouges » qui m’avaient alertés, lors de notre relation, à propos de sa sincérité. Je n’ai jamais été qu’un avantage temporaire pour lui, en attendant autre chose. En y repensant, j’avais toujours l’impression qu’il me faisait une fleur lorsqu’il me téléphonait pour que l’on se voit. Après tout ces mois passés sans le voir, cela me permet de mieux me rendre comte de certaines choses, et de mieux comprendre certaines de ses attitudes. Je n’ai jamais été importante pour lui.
Et si j’avais eu un peu plus de respect pour moi à l’époque, j’aurais fui dès les premiers mois en voyant la manière dont il me traitait. Personne ne mérité d’être une option dans la vie de quelqu’un. Personne. En plongeant dans mes souvenirs, un moment assez étrange refait surface dans ma mémoire. La première fois qu’on avait fait l’amour, juste avant d’entrer dans sa chambre il m’avait simplement dit, d’une manière naturelle : « je ne te promets rien ».
Et j’avais docilement acquiescé, pensant qu’un jour, il finirait bien par tomber amoureux. Quelle décadence…

Après avoir raconté à mon amie la conversation étrange, elle me dit, le plus sérieusement du monde :

« Tu n’as plus rien à attendre de lui, laisse tomber »

Elle a raison bien sûr. Je me demande simplement si le coeur de glace qui se forme jour après jour dans ma poitrine pourra un jour fondre pour quelqu’un, ou bien si il restera à tout jamais méfiant et plein d’amertume. Plus je vieillissais, et plus je me rendais compte que l’attitude de la plupart des personnes était pathétique, hypocrite et intéressée.
Une idée me traverse soudain l’esprit : prenant mon téléphone dans la main, mes doigts glissent sur l’écran tactile afin d’accéder à la liste de mes contacts. Oui, c’était ce qu’il me fallait. Il fallait cette dernière conversation pour me rendre compte que je n’avais pas besoin de lui pour être heureuse. Je n’avais pas besoin d’attendre après quelqu’un pour qui je n’était presque rien. Je n’avais pas besoin de faire semblant d’envoyer de stupides textos d’anniversaire, une fois par an, en prétendant vouloir prendre des nouvelles. Je n’avais pas besoin de m’alourdir d’une âme qui ne voulait pas faire partie de ma vie.

La conversation que je venais d’avoir avec mon ex-conjoint, n’était ni plus ni moins qu’un épilogue.
En validant l’option « supprimer le contact » sur mon téléphone, un sourire s’affiche soudain sur mon visage. Libérée. Je me fichais totalement de la suite des évènements. Finir sa vie seule ou pas… Ce soir, j’étais attablée au restaurant en compagnie d’une personne que je connaissais depuis des années et qui, je le sais, m’aimait pour ce que j’étais, tout comme je l’aimais pour ce qu’elle était. Ce soir, je faisais une trêve avec mon futur angoissant.

Jetant un regard à ma meilleure amie, je me dit que finalement, les gens en qui ont pouvait avoir confiance se comptaient sur les doits d’une main. Et qu’il fallait chérir ces moments et ces personnes. Coûte que coûte.
De son sourire espiègle, elle me lance :

« Bon alors, on va se le boire ce mojito ma poulette ?! »




S.P juillet 2018. (Bien sûr, je vous remercierais de respecter mon travail et de ne pas le copier et/ou l'utiliser )

Merci pour votre lecture !




Revenir en haut Aller en bas

"It's all about people sweetie"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Hello sweetie !
» Votes Roulette Russe #13
» Quand Neufbox Evolution nous crie son malaise dès la musique de sa pub
» Baisse d'activité de Sweetie Belle !
» PEOPLE'S GLORY ◮ la célébrité au bout des doigts (avril 2010)

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
» PUB RPG DESIGN « :: Graines d'écrivains-
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet