AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  ConnexionConnexion  
MAJ

La MAJ de novembre a eu lieu et laisse place à une superbe design de Zuz'
Projecteurs

Les projecteurs mènent une action coup de poing durant tout le mois de novembre.
Pour en savoir plus, c'est par ici !
Recrutement

On recrute en priorité des CHRONIQUEURS et des ANIMATEURS, n'hésitez pas à les rejoindre au plus vite o/

Poster un nouveau sujetRépondre au sujetPartagez| .

Random recueils [FLOOD OFF]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Petit Volcan
____________________

Voir le profil de l'utilisateur
J'ai rejoint la planète PRD le : 09/03/2018 J'ai posté un total de : 20 Messages. Sinon je m'appelle : Salem. et j'ai : 27


Petit Volcan
Message(#) Sujet: Random recueils [FLOOD OFF] Dim 18 Mar - 0:17

recueils de textes plus ou moins courts, sur fond satirique et comique, à prendre au second (voire millième) degrés, des pointes d'humour, des questionnements reliant à ce qu'on ne saurait ignorer, poussant jusqu'au cliché.... mais souvent le cliché dont ne peut se passer (qu'est-ce qu'on l'aime ! Very Happy )




vivi.
Elle vient du pays des idées, Vivi.
Pas Fifi, trop cabot.
Pas Lili, trop mimi. Vivi, comme, vivifiante, vivir aussi, de l'espagnol qu'il paraît, et parfois on se moquait d'elle, Vivi, parce qu'elle n'était pas très jolie.
Alors vous savez, elle avait fini par se dire que les songes valaient mieux que la vie.

Elle est tombée amoureuse des films et des séries. Là dedans généralement, les gens étaient parfaits. Les filles étaient belles et les gars sexy ; une sorte de copie bien agencée de la réalité. L'envie est née de vouloir jouer. Exploiter sa création par des images animées à son effigie. Parce qu'en vrai, elle ne possédait que des photographies prises devant le miroir à côté de son lit. Quelques filtres instagram hashtagés "#nofilter", l'habitude d'y trouver son compte dans la virtualité et se rendre compte, justement, avec quelle facilité l'on pouvait parler tout en restant caché, Vivi a voulu incarner.
Vi vi.

- - - - - - - -
générations.
Franchement c'était mieux avant.
Avant, quand ?
Je ne sais pas, avant les Jonas Brothers par exemple.
Ah... mais y'avait pas Cloclo avant ?
Ce n'était pas pire.
C'était pas mieux non plus.
...
...

- - - - - - - -

Dis.
Pourquoi on écrit ce qu'on veut vivre au lieu d'essayer de vivre ce qu'on écrit ?
Parce que devenir un pirate serait compliqué à notre époque.

- - - - - - - - -

amalgame.
Vous avez remarqué à quel point les riches sont souvent des imbuvables arrogants ?
Est-ce que c'est l'argent qui corrompt les esprits ou bien est-ce que ce sont les esprits corrompus qui deviennent riches ?

- - - - - - - - -

Moi il me dise que je dois pas fumer pour ma santé. C'est un peu comme me demander de pas boire en soirée. S'ils le voulaient vraiment, ils pourraient nous l'enlever. Vous savez, l'alcool et les clopes, en interdire la vente et ça réglerait des questions de société.
Ou bien, possible que ça provoquerait une troisième guerre mondiale.

- - - - - - - - -

consommer l'inspiration.
Elle se demande pourquoi elle écrit. Il y a comme un besoin de faire parler ses pensées parce que c'est le seul langage qu'elle ait réussi à leur faire apprendre. Sur des forums dits "Rpg" elle furette et s'arrête parfois. Elle voudrait créer et s'amuser. Mais après, elle doit lire le contexte, les règles, les trois sections d'annexes aux dizaines de posts chacun. C'est trop long.
Elle aime écrire mais pas lire.
Alors elle passe au suivant, déplore que l'accès aux textes ne soit pas donné aux invités, trouve l'intrigue intéressante mais n'est franchement pas convaincue par le design. Puis, encore un peu après, elle regarde la moyenne d'âge parce qu'elle craint d'être trop âgée pour l'endroit, ou pas assez.
Finalement, il est déjà 23h30.
On verra demain.

- - - - - - - - -
tendance.
L'uniformité fait du bien.
Faire comme tout le monde mais en se démarquant, ça aussi, ça fait du bien.
Certains appellent ça un style de pensée.
D'autres : la mode.

- - - - - - - - -

un x et un d
Tu sais
... ?
Je me sens maintenant obligé d'utiliser des smileys.
Pourquoi ?
J'ai l'impression que sans eux, je ne donne pas l'air d'être sympa.

- - - - - - - - -
célébrities darling
Je connaissais pas le nom de la personne sur mon avatar.
Mince, du coup ils t'ont pas validé ?
Nan...

- - - - - - - - - -

c/c
Oh mon dieu j'adore le forum, j'adore le contexte, les races, le design, ça y est c'est décidé, je suis inspiré. Inspiré pour poster ma fiche !!!
*Quinze jours plus tard*
Bonjour, ici le Staff, vous en êtes où ?

- - - - - - - - - -

baisse de motivation.
Il est parti loin de moi à tout jamais. Je me souviens encore des dernières phrases qu'il m'a dites, de sa façon si caractéristique qu'il avait d'utiliser le mot "myocarde", de ma joie à recevoir une réponse de sa part après dix jours de silence radio. Il est parti loin de moi à tout jamais.
Mon partenaire RP.



Revenir en haut Aller en bas

avatar

Petit Volcan
____________________

Voir le profil de l'utilisateur
J'ai rejoint la planète PRD le : 09/03/2018 J'ai posté un total de : 20 Messages. Sinon je m'appelle : Salem. et j'ai : 27


Petit Volcan
Message(#) Sujet: Re: Random recueils [FLOOD OFF] Mar 22 Mai - 11:07



Elle vient d'un monde qui n'existe plus, de cette porte ouverte sur une salle fermée qu'on a pris l'habitude d'appeler le passé. Assise sur un banc, souvent, elle regarde les gens ; et les gens la regardent aussi, parfois. Elle sait bien ce qu'ils pensent : les jeunes se disent "pouah les vieux !" les adultes se disent "oh qu'elle est mignonne la mamie!", les petits enfants se disent qu'elle ressemble à leur propre grand-mère. Quant à ceux de son âge, ils ne sont plus là.
Certains sont morts, d'autres en attente de l'être. L'hospice endort les neurones fatigués, et la famille culpabilise mais se rassure à la pensée que le choix ne fut pas laissé et que, au moins, dans une maison de retraire, il y a d'autres vieux comme elle.
Elle a repoussé le prospectus. Elle a préféré finir ses jours seule, avec sa maigre retraite qui lui donne juste le droit de payer son loyer et d'avoir ses yaourts au citron, histoire de se sentir encore un individu de cette société. Le tic tac de l'horloge dans son salon vide la dérange, alors elle descend dans les parcs et s'assoit sur des bancs. Devant la multitude d'allées et venues unilatérales, poussés par le but de gens qui font des projets même quand ils doivent simplement se balader, elle se tient prête, à côté de sa porte de nostalgie, murée à l'intérieur de ses souvenirs sans que jamais une fenêtre n'y apparaisse à côté.
La vie, elle la voit passer. Et les gens qui passent, ne voient d'elle qu'une personne âgée.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Petit Volcan
____________________

Voir le profil de l'utilisateur
J'ai rejoint la planète PRD le : 09/03/2018 J'ai posté un total de : 20 Messages. Sinon je m'appelle : Salem. et j'ai : 27


Petit Volcan
Message(#) Sujet: Re: Random recueils [FLOOD OFF] Sam 17 Nov - 11:44


We are what we wear, we wear what we are

Je sais que ça paraît superficiel mais tout ce qui touche à l’apparence m'offre un sentiment de tangibilité vertigineuse... une preuve qui se remarque parce que ça se voit, vous comprenez ? J'ai vu leur regard se poser sur moi quand je marchais et leurs yeux se baisser : vers mes chaussures.
Ces trois bandes diagonales me donnaient la conviction d'appartenir à autre chose.
Ce groupe de gens qui ont les moyens d'avoir du goût.

Y'avait le starbucks où je me rendais souvent : mon gobelet posé à côté de mon cahier, assis au premier étage ; me manquait plus qu'un Macbook pour parachever le tableau d'une certaine réussite, factice. Intérieurement je me disais que je me fichais bien de ce qu'ils pensaient.
Quand je pianote sur mon clavier, j'évite de prêter attention aux autres. Mais au fond, j'espère secrètement qu'ils le fassent.
Je sais pas d'où vient ce besoin.
Peut être qu'en zappant à la télé, qu'en voyant les affiches et en furetant sur Instagram, je remarque que la beauté est vecteur de succès.

— Elle me regardera jamais, tu sais
— Qui ?
— Julie

Julie, c'était la fille la plus populaire du lycée.
Je dis pas qu'elle le savait, mais elle le sentait quand même, ça se sent, bien sûr, quand elle traversait le couloir en portant son cahier bien serré contre sa poitrine.
Avant j’acquiesçais à ce que mon pote me disait parce que c'était vrai, parce que que les types comme moi, Julie les remarquait jamais.

Puis en grandissant, je me suis demandé pourquoi, moi, j'avais jamais regardé quelqu'un d'autre que Julie.

Sa clope au bec, mon oncle avait levé les yeux au ciel devant mes problèmes d'identité.

— C'est un truc d'ado, et un instinct primaire.
— Primaire ?

Recrachant sa fumée par le nez, il m'avait lancé une oeillade éloquente.

— On est programmé pour choisir le meilleur partenaire pour la pérennité de notre espèce, et ça passe par l'aspect. C'est biologique.

J'ai rien compris.
Je crois avoir dépassé le stade des hommes des cavernes. Je suis un gars qui cherche à comprendre, qui s’approuve superficiel car il aime voir de belles, très belles choses, mais qui voudrait aussi qu'on l'apprécie pour sa juste valeur, incapable de ne pas déplorer ses sourcils trop larges ou son menton fuyant.

Si j'avais écrit ces mots en ayant une belle gueule, on aurait ressenti de la compassion pour moi.

Mais les gens banals deviennent chiants une fois qu'ils se plaignent.

Y'avait bien des gonzes qui se faisaient remarquer dans la rue en s'habillant de manière totalement excentrique. Mon amie pouffait souvent, pas pour les mêmes raisons que moi.

— Réfléchis, ils sont pas différents.
— Hein ?

Tandis qu'on montait dans le bus, elle avait baissé la voix pour pas que le mec l'entende.

— S'il était le seul être vivant sur cette planète, tu penses que ça lui servirait à quelque chose de s'habiller comme ça ? Qui le regarderait ?

Qui le regarderait.
Qui me regarderait ?

— Tu crois qu'on s'habille pour les autres ?
— On s'habille pour nous, mais parce que ça passe par les autres.

J'ai toujours pas compris.
Alors je l'ai fermé et je l'ai laissée garder son sourire à chaque fois qu'elle voyait le mec avec ses colliers en os de moineaux (j'en sais rien, ça provenait peut être de pigeons, un truc d'oiseaux avec des becs quoi.)

Une fois mon diplôme validé, j'ai commencé à chercher un boulot. Là aussi j'ai remarqué que ça passait par l'apparence, que y'avait rien qui changeait, si ce n'était que je cherchais plus forcément une Julie des yeux. Les filles trop belles qui levaient bien haut leur menton en marchant m'apparaissaient un peu... chiantes.
Les acteurs de TV Shows faisaient office de personnages irréels que je ne verrais qu'à travers des émissions people ou dans les magasines, et dont on utilisait l'image puisque c'était un peu la chose qui les identifiait : leur image.
Je dis pas que ça me plait pas, je dis pas ça... mais plus autant.

Puis j'ai rencontré Lula.
Elle était pas parfaite.
Déjà elle avait un rire atroce qui faisait se retourner les gens à son passage, elle savait pas associer les couleurs entre elles, elle aimait pas Game of Thrones, des talents culinaires à chier et une prépondérance à toujours trop parler de ses problèmes. Elle dessinait aussi, ce que je trouvais enfantin dépassé l'âge de 20 ans (et elle en avait 25.)
Pourtant, je me suis surpris à trouver ses imperfections agréables.
Quand elle faisait glisser le fil de l'actualité d'Instagram, elle appréciait les photos des jolies filles mais sans chercher à vouloir les ressembler, pour une raison qui m'échappe, et c'était frustrant de voir que les femmes super canons dans le métro attiraient l'attention des hommes mais que moi j'y pensais à chaque fois :"elle est tellement plus belle que Lula, et pourtant je préfère Lula."

J'ai compris alors que la beauté et l’apparence, c'était deux choses différentes.

Faire brûler ses macaronis en jurant et en courant pour aller ouvrir la fenêtre parce qu'on était plongés dans le brouillard à cause de la fumée, c'était beau.
Avoir le ventre qui gargouille et s'excuser alors que moi j'étais plié de rire et qu'elle, rouge comme une pivoine, me balançait son coussin à la tronche, c'était beau.
Et savoir qu'elle m'aimait, ça aussi.

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
____________________


Message(#) Sujet: Re: Random recueils [FLOOD OFF]

Revenir en haut Aller en bas

Random recueils [FLOOD OFF]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» documentation de random
» Flood
» En quoi le flood est il génant ?
» Probleme avec le Le contrôle du flood est activé sur mon forum
» anti flood

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
» PUB RPG DESIGN « :: Graines d'écrivains-
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet